Partez comme Goldorak et ses camarades à la découverte de l'univers de Go Nagai et Ken Ishikawa !
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
2015, l'année Go Nagai !
Collection Go Nagai de Black Box, Cutey Honey par Isan Manga, Film Mazinger et Goldorak chez AB, et Shin Mazinger chez Kaze.
Hebergeur d'image
Un bon anniversaire pour Go Nagai, Go (2006-2016) !

Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image Hebergeur d'image
C'est en 2017
DISPONIBILITÉ : Grendizer Giga, L'école impudique, Mao dante V.2, Kekko Kamen
EN AOÛT 2017 :
KOTETSU JEEG (Super robot), MUGEN UTAMAORO (Thriller Historique), GAKUEN TAIKUSU OTOKO (Parodie Sociologique)
chez Black Box - sans oublier les autres œuvres de Go Nagai déjà disponibles
Hebergeur d'image
Hebergeur d'image BIENVENUE À LA RENCONTRE DE GO NAGAI ET KEN ISHIKAWA Hebergeur d'image
C'est l'été
Hebergeur d'image

Partagez | 
 

 Eclipse comics

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zaitchick
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Sagittaire Cheval
Age : 50
Lieu : Clermont-Ferrand

MessageSujet: Eclipse comics   23.02.08 21:54

Eclipse Comics #1, Editions Arédit, avril 1987.


Une couverture pas très belle, faut bien l'avouer...
Revenir en haut Aller en bas
http://zaitchick.blogspot.com/
Zaitchick
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Sagittaire Cheval
Age : 50
Lieu : Clermont-Ferrand

MessageSujet: Re: Eclipse comics   23.02.08 21:55

Sorti après l'arrêt de la version française d'Epic, Eclipse Comicsse présente sous la forme d'une brochure agrafée de format comic book.

Cette première livraison présente des signatures familières des lecteurs d'Epic : Paul Craig Russel par exemple, qui signe une adaptation de Salomé, d'Osar Wilde.

Le tétrarque a fait enfermer le prophète Jokanaan dans un puits. Il refuse de le faire exécuter en dépit de ses imprécations insultantes car il est persuadé qu'il est un saint-homme et qu'il redoute les conséquences de sa mise à mort.
Sa fille, Salomé, est fascinée par cet homme qui se refuse à elle.


Salomé exécute alors devant son père, et à sa demande, la danse des sept voiles au terme de laquelle il devra exaucer un de ses désirs.


En paiement, elle exige la tête du prophète ! Un vœu que le tétrarque se verra contraint de satisfaire.

L'adaptation d'un récit vénéneux inspiré par un épisode de la bible, servi par le graphisme maniéré de Russel. La meilleure pièce de ce numéro. Dommage que le récit soit coupé en trois parties.

L'Homme dans le brouillard est une histoire courte de Bob Curran et David Lloyd se déroule dans le Londres brumeux de l'époque victorienne. Un récit sombre et efficace.


David Lloyd est l'illustrateur du V For Vendetta d'Alan Moore, alors encore inédit en France. Son graphisme jouant sur les ombres et lumières sert l'ambiance de ce récit.
Revenir en haut Aller en bas
http://zaitchick.blogspot.com/
Zaitchick
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Sagittaire Cheval
Age : 50
Lieu : Clermont-Ferrand

MessageSujet: Re: Eclipse comics   23.02.08 21:58

Suivent quelques cautionary tales, des récits de mise en garde à conclusion "morale" qui racontent comment les forces surnaturelles punissent ceux qui agissent mal. Trois récits qui semblent tout droit sortis de vieux EC comics :

Reine d'un jour de Steve Bissette (scénario) et Michael Gustovich (dessins.)
Une sortie à la plage qui prend une tournure dramatique. Un récit horrifique à la narration confuse. Laborieux.


La Prière à l'école.

(Buzz Dixon, scénario-Jim Seed, dessins- Mike Gustovich, encrage)

Miss Kropatny veut imposer la prière à l'école communale en dépit de l'opposition du révérend (!) Kirkpatrick qui considère qu'imposer aux autres ses convictions religieuses est une mauvaise chose. Le maire, un individu falot, n'ose contrarier Miss Kropotny. Cette dernière ne soupçonne pas qu'elle va déchaîner la colère d'une divinité païenne...


En ces temps de remise en question de la laïcité, un sujet d'actualité, assurément. C'est un récit lourdement didactique : "n'impose pas ta religion à autrui sinon il pourrait t'imposer la sienne". On appréciera néanmoins la référence à Lovecraft puisque c'est la colère de Yog-Soggoth qui démontrera les vertus de la séparation de l'Eglise et de l'Etat.


Les yeux dans le noir.
(Buzz Dixon, scénario - Glen Johnson, dessins - Jim Sainclair, encrage)
La petite Lyla fait de terrible cauchemar, la nuit, seule dans sa chambre. Un monstre la visite qu'elle seule semble voir. Pour la rassurer, sa maman lui offre son vieux nounours mais son père doute de l'efficacité de cette protection... Et pour cause, c'est lui le visiteur nocturne, et il a bien l'intention d'abuser de sa fille... Seulement nounours est là, et ça ne va pas se passer comme ça !

Un sujet délicat, l'inceste, qui a le mérite d'être abordé mais qui est traité avec de gros sabots. Un intérêt néanmoins : le scénariste montre que le père reproduit les abus qu'il a subits étant enfant. Et lorsque le grand-père pense récidiver impunément avec sa petite-fille, la dernière vignette révèle que nounours veille encore.
Revenir en haut Aller en bas
http://zaitchick.blogspot.com/
Zaitchick
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Sagittaire Cheval
Age : 50
Lieu : Clermont-Ferrand

MessageSujet: Re: Eclipse comics   23.02.08 22:00

Le revenant.
Une histoire courte de Scott Hampton.

So what ?

Une nouvelle de Timothy Truman.


Iniquité de l'Antiquité.
Une aventure de Mysta Mystralis, une Laser Eraser (sorte de police d'élite de l'espace.) Scénario de Pedro Henry (pseudonyme de Steve Moore) et dessins de Steve Dillon (bien avant Preacher, donc.)
Sur Sirus, un membre d'une expédition archéologique semble victime d'une entité inconnue qui a pris possession d'elle. A Mysta de la neutraliser avant que ne s'allonge la liste des victimes.

Honnête récit d'action, peut-être plus "sexué" que la moyenne des comic books mais peu transcendant. On aperçoit au début de l'épisode le cyborg Axel Presbutton, un ex-jardinier devenu mercenaire après qu'une plante l'ait presqu'entièrement bouffé. Désormais, seule la pression d'un bouton situé sur son thorax peut provoquer une sensation d'orgasme chez lui.
Un personnage créé par Steve Moore et Curt Vile (alias Alan Moore) qui a eu une certaine popularité outre-manche (initialement apparu dans les pages du magazine Warrior.)


A noter, Octopus, un récit en trois pages, raconté en focalisation interne (c-a-d, raconté par un personnage) de Mindy Newall ,et Ron Lightburn dans lequel un homme réduit à l'état de légume se compare à poulpe à cause des nombreux branchements qui le maintiennent en vie.

Un premier numéro qui laisse un bilan mitigé. Si les histoires illustrées par Russel, Lloyd et Dillon sont plutôt agréable, les autres récits sont d'un niveau d'intérêt bien moindre. Eclipse Comics fait figure d'Epic au rabais (une impression renforcée par le format plus petit et le fait que seules six pages sont imprimées sur papier glacé...) La revue s'éteindra au bout du 2e numéro.

Une présence à éclipse, en somme.

<(Wow ! ça c'est de la chute.)
<(C'est le métier, p'tit, c'est l'métier.)


Dernière édition par Zaitchick le 29.05.10 20:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://zaitchick.blogspot.com/
Zaitchick
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Sagittaire Cheval
Age : 50
Lieu : Clermont-Ferrand

MessageSujet: Re: Eclipse comics   29.05.10 20:48

Éclipse comics n°2. paraît en juin 1987. 80 pages couleurs dont six sur papier glacé.



Au menu, d'abord des histoires courtes :

L'Héroïne
Dans une ville saccagée du futur, une amazone affronte des assaillants voués à sa destruction.



Aucun crédit pour cette histoire qui mixe récit à couleurs super-héroïques et SF (se voulant) adulte.



C'est une histoire à chute sur le thème des apparences trompeuses. Le visuel est accrocheur -à l'époque- et c'est là le principal atout de ce récit au final peu convainquant.



La Morsure du Vampire
de Bill Pearson et Nicholas Koening.

Un classique récit de vampires dont la chute dramatique teintée d'humour noir est dans l'esprit des EC comics.
Maître Rautescu se rend chez le sinistre comte pour rédiger son testament. Imbus de sa personne, il méprise et rudoie le petit peuple des campagnes.
Il le paiera très cher.

Une histoire morale, en quelque sorte, mais le dessin laisse un peu dubitatif.

Laser Eraser
de Pedro Henry et Steve Dillon.



Mysta Mystralis et Axel Pressbutton voyagent dans l'espace quand ils sont interceptés par un croiseur cruxien.

Axel Pressbutton est un personnage populaire en Grande-Bretagne, un jardinier dévoré vivant par une plante carnivore et qui a été reconstruit. Désormais, il tire sa jouissance de ses actions sadiques... ou presse sur son bouton de poitrine.


Les Cruxiens sont des pudibonds fanatiques qui les obligent à traquer un des leurs, un fugitif qui a osé copuler avec son épouse (!) alors que les Cruxiens ne se reproduisent que par insémination artificielle. Le fuyard s'est réfugié sur Depravity, la planète du péché. Ses poursuivants ne pouvant l'y suivre, ils y envoient donc des "impurs" à leur place.


Là, Axel retrouve une de ses vieilles connaissances.

Un des premiers travaux de Steve Dillon. La critique de la pudibonderie est amusante au début et participe à l'esprit iconoclaste du récit... Mais les allusions répétées au sexe finissent par lasser. Aucun personnage n'est vraiment symathique. Dommage aussi que le combat entre Axel et son vieil ennemi soit coupé (est-ce ainsi dans la publication originale ou est-ce une contrainte de pagination propre à Arédit ?) Distrayant mais pas inoubliable.


Le Serpent Mexicain est le gros morceau du numéro.

Scénario de Moench et dessins de Michael Hernandez et Nestor Redondo.



C'est un récit original et ambitieux qui joue sur les paradoxes temporels et la déstructuration du récit.

Le héros, Ace, est homme du 23e siècle qui vit au XVIe siècle, au Mexique, peu avant l'arrivée des Conquistadores.



Il est une sorte de gardien du temps qui doit contrecarrer Krok et ses agents, les Ébènes.
En effet, Krok cherche à modifier les cours du temps pour s'en assurer le contrôle. Par exemple, en dérobant une statue aztèques, il espère créer des interférences susceptibles de provoquer des paradoxes temporels et, au final, changer l'histoire.



Notre héros, Ace, parvient cependant à récupérer l'objet... mais doit l'abandonner aux bons soins de Bridget Kronopoulos, une antiquaire de San Francisco en 1940.
Son compagnon, Rinaldo s'en empare mais Ace parvient à la reprendre avant que les perturbations provoquent des failles temporelles par lesquelles s'engouffrent de monstrueuses apparitions.

La récupération n'empêchera pourtant pas de nouveaux accidents et Ace doit donc repartir dans le temps avec Bridget pour rétablir l'ordre... en ayant soin de ne pas le perturber davantage !

C'est un récit ambitieux mais déstabilisant.

Moench manie les paradoxes, les retournements de situation, alterne temps calmes (chez les Aztèques) et péripéties (à différentes époques) au point de semer une certaine confusion dans l'esprit du lecteur des années 80, moins familiers des notions de paradoxes et de réalités alternatives qu'aujourd'hui (Bien que le film Retour vers le Futur aborde déjà ce thème.)



La mise en page joue avec le sens de lectures et rayonne autour des Montres Molles de Salvator Dali - clin d'œil à cette notion de temps démonté qui soutient le récit.

Moench joue sur les codes, il mêle la narration introspective en voix-off empruntée au polar et le récit de SF.
Il déstructure le récit : les héros sont ensemble avant de se rencontrer puis ils sont deux fois au même endroit, Ace récupère la statue avant de l'avoir perdue, Rinaldo la perd avant de l'avoir possédée alors même qu'il pense ne jamais l'avoir eue etc.
Il emmène ses personnages à plusieurs époques -le Mexique juste avant l'arrivée des conquérants espagnols, San Francisco dans les années 1940, Londres le jour de l'inauguration de Big Ben etc.- et fait intervenir des personnages historiques comme Benjamin Franklin...



San Diego en 1996 - comme on le voyait en 1987 !

Enfin, il use d'un humour emprunt d'auto-dérision permanente : Ace semble parfois se comporter de façon très désinvolte, les apparitions de Tête, l'ordinateur vivant d'Ace (qui a l'aspect d'une tête d'homme flottant dans l'air) provoquent des moments de comédie, le passage temporel s'ouvre... dans les toilettes des dames...

Tout cela est très déstabilisant pour le lecteur des années 80 !

Moench s'est fait plaisir. il a créé son Indiana Jones, un héros qui sent bon le pulp et s'ancre autant dans les années d'Entre-Deux-Guerres que dans l'Amérique précolombienne. D'ailleurs, l'anecdote de la statue volée se réfère explicitement au Faucon Maltais : comme lui, elle est masquée par une couche de peinture et Rinaldo est le sosie de Peter Lorre, tandis qu'Ace s'identifie à Bogart... mais plutôt dans Casa Blanca, lorsqu'il suit des yeux le départ de Bridget...

Les explications sont nourries mais pas toujours claires ainsi, le meld, sorte d'espace-temps qui concentre toutes les époques de la Terre n'est jamais clairement défini même s'il est évoqué constamment. Est-il limité à la Terre ? Permet-il le passage vers d'autres planètes ?



Une double-pleine page fait découvrir le Meld.


Quant au Grand Méchant, il agit dans l'ombre (!) par l'intermédiaire de ses émissaires, les Ébènes, dont la nature n'est pas non plus clairement expliquée.



Une fin sur un cliffhanger... Non élucidé, il n'y aura pas d'autres épisodes.


Le dessin est soigné et mis en valeur par l'encrage. Hélas, les couleurs sont trop criardes - ce sont les effets de l'impression de l'époque.

Hernandez est inventif dans ses mises en pages - hélas ses efforts sont gâchés par Arédit.
La pagination américaine incluant des pages de publicités, l'éditeur français a coupé la première pleine page, coupant aussi sa composition rayonnante ! Pourtant, l'histoire est présentée en deux parties dans la publication !?



Dernier numéro de cet éphémère magazine, Eclipse n'aura pas de postérité. Le troisième opus annoncé n'a jamais été publié...
Revenir en haut Aller en bas
http://zaitchick.blogspot.com/
Shogun Barbu
Soldat de Véga
Soldat de Véga
avatar

Capricorne Chat
Age : 41
Lieu : Lausanne

MessageSujet: Re: Eclipse comics   30.05.10 12:33

Excellent travail! Merci pour la découverte, c'est toujours un plaisir de te lire! a1
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eclipse comics   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eclipse comics
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Editions Eclipse le Retour en tant que label
» Eclipse 2 - Convention Heroes (14 au 16/11/08)
» YatooDiscount - vente Produits Dérivés Comics - jeudi 23 septembre - 20h
» Calendrier Dr Strange Marvel Comics 1980
» Vends comics vo Marvel, DC, Image,DarkHorse, Vertigo,...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Go Nagai, Go! :: Sujets libres : Le Droit à la Paresse :: Sujets libres-
Sauter vers: