Partez comme Goldorak et ses camarades à la découverte de l'univers de Go Nagai et Ken Ishikawa !
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Hebergeur d'image BIENVENUE À LA RENCONTRE DE GO NAGAI ET KEN ISHIKAWA Hebergeur d'image
C'est l'été
Hebergeur d'image
Forum pour la motivation de doublages et de publications en Français
des œuvres de Dynamic planning, Go Nagai et Ken Ishikawa
2015, l'année Go Nagai !
Collection Go Nagai de Black Box, Cutey Honey par Isan Manga, Film Mazinger et Goldorak chez AB, et Shin Mazinger chez Kaze.
Hebergeur d'image
Un bon anniversaire pour Go Nagai, Go (2006-2016) !

Hebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'imageHebergeur d'image
C'est en 2017
DISPONIBILITÉ : Grendizer Giga, L'école impudique, Mao dante V.2, Kekko Kamen
EN AOÛT 2017 :
KOTETSU JEEG (Super robot), MUGEN UTAMAORO (Thriller Historique), GAKUEN TAIKUSU OTOKO (Parodie Sociologique)
chez Black Box - sans oublier les autres œuvres de Go Nagai déjà disponibles
Hebergeur d'image

Partagez | 
 

 une suite Goldorak style "roman Harlequin..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Rubyna
MODÉRATEUR
MODÉRATEUR
avatar

Gémeaux Cheval
Age : 51
Lieu : Québec (Canada)

MessageSujet: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   28.03.10 18:51

J'ignore si vous connaissez les romans Harlequin en Europe mais il s'agit de tristounettes histoires d'amour ayant toujours le même scénario: Il l'aime et elle ne le sait pas, elle l'aime et il semble s'en ficher, il arrive un troisième personnage dans le trio, tout le monde se fait de la peine mais tout finit toujours bien pour les 2 premiers amoureux...

J'ai découvert une suite à Goldorak qui suit très bien ce scénario! OK ç'est juste du texte et c'est très loin de l'esprit du manga original mais, réparti sur 30 épisodes, il représente quand même un certain travail... J'ignore par qui et quand il a été fait... Passez outre les fautes de français et les tournures de phrases bizarres, et amusez vous...


Émission 1Le grand retour

Dix ans…Dix longues années c’étaient écoulés depuis la destruction de Véga et de son armée. Voilà dix ans qu’Actarus, Phénicia, et son robot Goldorak étaient tous repartis sur Euphor avec l’espoir de repeupler cette planète autrefois habitable.
Euphor était maintenant un endroit où bon vivre, les radiations s’étaient dissipées, et la nature avait reprit le dessus. La végétation regorgait à nouveau sur cette jolie planète. Les oiseaux chantaient comme autrefois, et les habitants de la planète vivaient en paix, en harmonie avec cette nature si parfaite. Ces habitants étaient en fait des anciens prisonniers de Véga, qui ont voulus aidés Actarus à repeupler sa chère et tendre planète.
Pas un seul jour s’écoulait, sans qu’Actarus ne pense à la jolie Terre bleue, à cette planète adoptive qui l’avait acceuillit, les bras grands ouverts; à son père adoptif…le Pr Procyon. À tout ses amis du Ranch au Bouleau-Blanc, à Mizar, Banta, Alcor…à Vénusia…Ha cette douce Vénusia, qui était toujours là pour l’aider sur Terre, mais qui savait aussi comment l’écouter.
Actarus n’avait garder aucun contact avec la Terre, certe une chose qu’il regrettait. Qu’était donc advenut ses chers amis?
Actarus, était assit sur une clôture, près d’un immense champ, très lunatique, le vent soufflait dans ses longs cheveux. Tout à coup, il sentit une chaleur sur son épaule, c’était la main de sa soeur Phénicia.
Phénicia: Tu était encore dans tes rêves Actarus?
Actarus: Moi non…
Phénicia: Ne ment pas, je te reconnais quand tu as cet air, elle te manque n’est-ce pas?
Actarus: De qui parles-tu?
Phénicia: De la Terre.
Actarus soupira: Il n’y a pas un jour, où je ne pense pas à elle.
Phénicia: Moi aussi, je penses sans cesse à notre planète adoptive, mais maintenant nous sommes heureux ici, sur Euphor, notre endroit natal.
Actarus: Oui je sais, nous sommes bien.
Phénicia: Tu regrettes d’avoir revenut sur Euphor?
Actarus: Bien sûr que non, seulement j’aimerai revoir mes amis.
Phénicia prit Actarus par les épaules et le regarda droit dans les yeux.
Phénicia: Alors mon petit frère, qu’est-ce qui t’en empêche?
Actarus: La peur…
Phénicia: La peur?
Actarus: De retrouver trop de différence, peut-être de revoir des choses qui me rapelleront de mauvais souvenirs. De savoir que des êtres chers sont décédés.
Phénicia: Il n’y a qu’une facon de le savoir, c’est d’y aller.
Actarus: Et qui s’occupera de la ville d’Euphoria en mon absence?
Phénicia: Gros bétat, je m’en chargerai.
Actarus réfléchissa: Voilà dix longues années, que je n’ai pas pris de temps à moi-même, que nous nous efforcons de faire revivre cette planète, maintenant notre objectif est atteint, le peuple d’Euphoria est serein et en paix…
Phénicia: Alors voilà une bonne raison, de rendre une visite surprise à nos amis terriens.
Une lueur brilla dans les yeux d’Actarus. Il serra sa soeur dans ses bras, et l’embrassa sur la joue.
Actarus marcha vers le centre de recherches spatiale d’Euphoria.
Il entra par une immense porte, et ouvrit la lumière.
Les néons s’allumèrent, et on vit la grande silhouette de Goldorak. Seul dans cette chambre, percher sur son train d’atterissage.
Actarus: Goldorak, tu as été trop longtemps inactif, que dirais-tu d’une longue…balade.
Actarus passa la journée, à faire des réparations sur Goldorak, qui n’avait pas été utiliser au courant des dix dernières années. Il s’assura que tout était prêt à être utiliser sur son robot, en cas d’urgence.
La nuit arriva rapidement, Phénicia entra dans la grande salle, et vit son frère, toujours en train de réparer Goldorak, et lui supplia d’aller se coucher pour se reposer, car après tout, demain était le grand jour.
Quand vint le temps de se coucher, Actarus rêva à tout ses amis, qu’il n’avait pas vu depuis si longtemps. Toute la nuit, il essaya de deviner ce qu’était devenut, tout ce bon monde.
Quand Actarus ouvrit ses yeux, le soleil percait déjà sa lumière au travers les rideaux de dentelle. Actarus se rendit dans sa cuisine, prendre un petit-déjeuner. Tout en buvant son verre de jus, il regarda par la fenêtre, et semblait heureux, d’être à l’approche de voir ses amis. Qu’était donc advenut Vénusia? La question lui chatouillait le cerveau, mais il en aurait le coeur net que quand il aura atterrit sur Terre.
Actarus prépara ses valises, les mit à l’intérieur de Goldorak, se métamorphosa dans sa combine de Prince d’Euphor, et cita une phrase, qu’il n’avait pas mentionner depuis si longtemps déjà…Goldorak Go!
Telle une étoile filante dans le ciel, Goldorak prit son élan et vola au-dessus d’Euphoria, avant de disparaitre de vue, et ainsi entrer dans la galaxie. Comment réagiront les amis d’Actarus à sa venue surprise sur la Terre? Qu’est-ce qui attend Actarus sur la planète bleue?
À suivre



(épisode 2) Les temps ont changé


Actarus venait de faire un très long voyage, aussi vite que la lumière, il venait de se poser sur le terrain du Ranch au Bouleau-Blanc. Tout lui semblait pareil, que de souvenirs.
Riguel qui était percher dans le haut de la grange, pour sortir du foin pour le bétail, avait entendut ce bruit d’une machine volante se posant non loin de sa ferme. Il descendit, et que fût sa surprise quand il vit le Prince d’Euphor debout, devant son Goldorak.
Riguel serra Actarus dans ses bras et lui souhaita la bienvenue, Actarus se croyait dans un rêve tellement les années avaient passées, et que ce merveilleux temps sur la planète bleue lui semblait comme un rêve éloigné.
Actarus: Hey, doucement mon ami, ne serre pas si fort, haha.
Riguel: Actarus, je ne croyais jamais te revoir, depuis tout ce temps, sans tes nouvelles, seigneur que je suis content que tu es revenu.
Actarus: Ton ranch semble toujours en bon état mon ami, où sont Mizard et Vénusia?
Riguel: Et bien Vénusia, elle habite dans sa propre maison maintenant, Mizard tant qu’à lui est au Centre de Recherches spatiales. Il est tellement souvent là qu’il devrait y mettre son lit.
Actarus: Mizard est devenut un passionné des astres et des étoiles?
Riguel: Et bien, il a fait des études en informatique, et en recherches spatiales, maintenant le professeur Procyon l’a engager dans son personnel.
Actarus: C’est vraiment une bonne nouvelle, je savais qu’il irait loin, il était un garcon vraiment intélligent.
Riguel: Pourquoi ne rentres-tu pas, on pourrait prendre un bonne bouteille de vin ensemble.
Actarus: Avec joie.
Actarus entra dans la cuisine de la maison de Riguel, un endroit où il avait passer jadis beaucoup de temps.
Riguel prépara deux verres de vin, et ils s’assirent à la table pour parler du bon vieux temps. Quand Actarus demanda ce que faisait Alcor depuis quelques temps, Riguel baissa la tête, comme si une mauvaise nouvelle se préparait à être divulgée!
Riguel: Tu sais mon gars, beaucoup de choses ont changées depuis ton départ. Il ne faut pas se le cacher, Vénusia a toujours eu des sentiments envers toi, quand tu as décider de partir en laissant tout ce passé derrière toi, pour Euphor, Vénusia était inconsolable pendant un long moment, elle ne croyait plus en l’amour, Alcor, et bien il avait des sentiments cachés tout ce temps pour Vénusia, quand tu es partit, il a fait part de ses sentiments à ma fille, mais elle ne disait qu’aimer Alcor comme un ami, comme un grand frère, Alcor prit le coup très dur…
Actarus: Et il est partit dans un autre pays?
Riguel: Non, bien plus pire, tu vois depuis ton départ, des forces extra-terrestres essaient de prendre le pouvoir sur la planète Terre, ton père voulait te rejoindre mais en était pas capable, il se disait que tu avais une nouvelle vie, que tu avais choisit ta vie! Que tu ne voudrais peut-être pas revenir sur la planète bleue pour la défendre à nouveau, toi qui a risquer ta vie si souvent dans les attaques des forces de Véga, 10 ans passés.
Actarus: Mais pourquoi ne m’en a-t’il pas parler? Je suis sûr qu’il aurait pus trouver un moyen d’envoyer une navette sur Euphor pour me le dire!
Riguel: Il faut comprendre ton père adoptif Actarus, il croyait que tu ne reviendrais jamais, et que tu te ferais une toute nouvelle vie sur Euphor, avec une femme, et des enfants, avec ta soeur, et tes nouveaux amis.
Actarus: Vous êtes ma famille Riguel, jamais je ne vous laisserai tomber!
Riguel: C’est ce que j’ai essayer de lui dire, mais il était comme un zombie, il ne voulait rien savoir de te contacter durant tout ce temps.
Actarus: Et quelle est cette armée?
Riguel: Il s’agit de l’Armée Obscure, avec aux commandes le redoutable Zax… Un homme qui tuerait enfants et femmes pour posséder une des villes sur le globe.
Actarus: L’Armée Obscure? D’où vient-t’il se Zax?
Riguel: Et bien il est un lieutenant-général, et il provient de la planète Akerabe, qui jadis agissait comme planète d’esclaves de Véga. Il est un vrai sanguinaire.
Actarus: Alcor a sut vous défendre au moins?
Riguel: Non, au contraire il essaie de nous détruire…
Actarus: Je ne comprends pas…Alcor…Comment a-t’il pus tomber aussi bas?
Riguel: Quand Vénusia lui a avouer qu’elle ne voulait qu’être ami avec lui, il est devenut tellement sombre, son arrogance a prit le dessus, déjà qu’il n’en faisait qu’à sa tête, ce lieutenant Zax l’a prit sous son aile, et lui a fait plusieurs lavages de cerveaux, tellement efficace que Alcor détruit la planète Terre sous les ordres de ce malfrat.
Actarus: Alcor, comment as-tu pus te laisser embobiner de la sorte…
Riguel: Alcor était devenut vraiment possessif suite à ton départ, il voulait tout, et il ne le prenait jamais quand quelqu’un lui refusait quelque chose, dont l’amour de Vénusia qu’il espérait tant recevoir.
Actarus se redressa debout, des larmes coulaient sur ses joues.
Actarus : Alcor mon vieil ami, tu étais comme un frère pour moi, je te retrouverai où que tu sois…
Riguel : Je dois t’avouer que nous avons essayer de lui parler, mais rien à faire, il refuse catégoriquement de nous entendre, cette Armée Obscure a déjà prit possession de plusieurs grandes villes sur notre globe.
Actarus mit ses mains sur les épaules de Riguel : Je suis là maintenant, Goldorak sera prêt encore une fois, à défendre la planète Terre.
Riguel : Mais il faut que tu saches que tu n’es pas seul, car l’Armée Terrienne fait tout ce qu’ils peuvent pour confronter la redoutable Armée Obscure.
Actarus : L’Armée Terrienne?
Riguel : Plusieurs pays ont sut mettre de cotés leurs différences, pour ensuite s’associer contre ce redoutable Zax. D’ailleurs Banta notre voisin, fait partit de cette armée.
Actarus : Sûrement beaucoup de personnes sont dans la misère, mais je veux que vous sachiez que vous pouvez compter sur moi, je me battrai avec Goldorak pour faire revenir le respect et la paix sur cette terre!
Riguel : Tu devrais aller au Centre de recherches spatiales mon ami, ton père serait vraiment content de te revoir.
Actarus : A bientôt Riguel.
Actarus revêtit son habit de Prince d’Euphor, monta dans Goldorak et se dirigea vers le Centre de recherches spatiales, reverra-t’il Vénusia? Comment réagira son père?
À suivre


épisode 3 Les retrouvailles

Il commencait à être tard, Mizar était assit dans une chaise dans la salle d’observation du Centre de recherches spatiales, il semble trouver le temps long, et était lunatique.
Tout à coup une sirène retentit comme une alarme d’urgence.
Voix robotisée : Alerte, alerte, ovni présent dans les environs du Centre.
Mizar sursauta et regarda sur l’écran de surveillance, il vit un ombrage vert sur le fond noir, qui se rapprochait à une vitesse considérable du Centre.
Mizar : Professeur Procyon, venez voir! Il y a un ovni dans notre écran d’observation, il arrive en plein sur le Centre!
Le professeur arriva et regarda à son tour.
Procyon : Un ovni? Cela fait des années que nous en avons pas vu, depuis le départ de Goldorak nous n’avons apercut aucun ovni dans les alentours, soyons sur nos gardes.
Procyon allait pour peser sur le bouton qui active les missiles du Centre quand tout à coup, il vit par la fenêtre un spectacle incroyable, il retenut sa main d’appuyer sur ce bouton, pour se frotter les yeux, comment était ce possible?
Là devant le Centre, se tenait sur place, dans les airs, le fameux Goldorak, avec Actarus le Prince d’Euphor aux commandes.
Mizar tout aussi bouche-bée, n’en revenait pas lui non plus, de ce spectacle qui s’offrait devant leurs yeux.
Procyon : Goldorak, ici? Comment est-ce possible? Voilà si longtemps!
Mizar : Professeur, regarder, Goldorak se pose devant le centre, vite sortons voir!
Mizar et Procyon sortirent du Centre pour rejoindre Actarus dans la cours avant, lui qui venait tout juste de sortir de son poste de pilotage, Actarus ôta son masque de pilote.
Procyon s’approcha et serra son fils dans ses bras, tout en pleurant et en remerciant le seigneur.
Procyon : Mon fils, je ne croyais jamais que tu reviendrais sur terre un bon jour, mais dieu merci, ce jour est enfin arrivé.
Actarus : Père, j’avais tellement le besoin de vous revoir tous, je ne pouvais vous oublier, vous avez tant fait pour moi.
Mizar s’approcha et serra à son tour Actarus.
Mizar : C’est vraiment plaisant de te revoir Actarus, tu as l’air toujours en forme à ce que je vois!
Actarus : Je me suis toujours tenut en forme, tu devrais le savoir haha.
Procyon mit sa main sur l’épaule d’Actarus et l’invita à entrer.
Procyon : Allez vient, nous avons tellement de choses à nous raconter!
Actarus : Oui je comprend, et pour toi Mizar je te félicite pour ton nouveau travail.
Mizar : Mais comment le sais-tu?
Actarus : Je viens de visiter ton père au Ranch, il m’a raconter comment les choses sont devenues grises sur la terre…
Procyon : Hélas oui mon fils, le temps presse, il nous faut intervenir, car l’Armée Terrienne ne tiendra peut-être pas le coup aussi longtemps contre les soldats de ce Zax. Ils ont des missiles à longues portées qui sont dévastateurs, Banta prend contact régulièrement avec nous. Depuis 5 ans ils sèment la terreur sur la Terre, mais nos forces diminuent à chaques fois. Leur armée est constituer de plusieurs clônes, ce sont leurs soldats.
Mizar : Sa mère a été victime de cette Armée Obscure…
Actarus : Tu ne veux pas dire que…
Procyon : Et bien oui, il y a de cela quelques mois, elle a succombé aux blessures de bombardements dont elle a été exposé.
Actarus serra les poings et sentit la haine monter en lui: Pourquoi la vie est-elle injuste?
Procyon : Je te comprends mon garcon, la vie n’est pas toujours rose.
Actarus, Mizar et Procyon arrivèrent dans la salle de contrôle, quand Actarus apercut un nouveau visage, un homme en sarreau blanc. Lunettes au visage.
Procyon : Actarus, laisse moi te présenter Eridan. Il est dans notre personnel depuis quelques années.
Actarus serra la main de Eridan.
Eridan : Procyon m’a tellement parler de toi, je suis bien content de faire ta connaissance.
Un autre homme non loin de là, arriva.
Procyon : Actarus, voici mon autre employé, Bayer.
Actarus lui serra la main. Dans le regard de Bayer, se trouvait quelque chose qui n’inspirait pas confiance. Actarus l’avait détecter. Les yeux semblaient être froid, sans chaleur, sans sentiment.
Actarus semblait être en transe, quand tout à coup, Vénusia entra dans la salle.
Vénusia laissa tomber le plateau qu’elle portait, qui contenait quelques fruits pour la collation des scientifiques, avant d’aller aux lits.
Vénusia tomba à genoux, et des larmes coulaient sur son visage.
Vénusia : Actarus, toi ici? Pourquoi? Comment?
Actarus prit Vénusia par la main et l’aida à se relever, il la serra contre lui.
Actarus : Vénusia, je suis vraiment heureux de te revoir, tu sembles en parfaite forme.
Vénusia ne savait quoi dire.
Vénusia : Tu sais, il y a si longtemps, que je ne t’ai pas vu, tu ressembles autant que le premier jour où je t’ai rencontrer. Tu as le même visage que dans les rêves que je fais chaque nuit.
Eridan semblait un peu mal à l’aise de tous ces propos.
Eridan se pencha et ramassa le plateau ainsi que les fruits qui s’y trouvaient.
Eridan : Vénusia, ma chère, pourquoi n’offre tu pas quelque chose à notre invité?
Vénusia : Heu oui, c’est que, Actarus tu veux un fruit?
Vénusia donna une pomme à Actarus, sa main effleura la sienne, un sentiment s’évapora dans son corps.
Actarus prit la pomme tout en souriant.
Eridan : Actarus, est-ce là votre fameux Goldorak? Roi de plusieurs combats lorsque les forces de Véga essayèrent de prendre le contrôle, il y a de cela bien des années?
Actarus sortit de ses pensées : Heu, quoi, et bien oui, il s’agit bien de lui.
Eridan : Incroyable, il est devant moi, vous savez que votre robot est toute une légende! Il faut que vous me montrez l’intérieur!
Actarus : Ca me ferait bien plaisir Eridan.
Eridan regarda Actarus d’un regard, comme s’il savait que Vénusia lui cachait quelque chose à propos de ce prince d’Euphor…
Bayer, le savant au regard froid avait disparut aussi vite qu’il était venut, mais pourquoi?
Procyon invita Actarus à venir s’asseoir.
Procyon : Alors raconte moi tout, comment vont les choses sur Euphor?
Actarus : Tout va vraiment pour le mieux, la population qui était sur Akerabe nous a grandement aider, plusieurs bâtisses et villes sont maintenant érigées, comme c’était avant mon séjour sur Terre.
Procyon : Comment va ta sœur?
Actarus : Vraiment bien, elle était un peu inquiète de mon voyage, mais elle me fait confiance, elle est rester sur Euphor pour prendre le contrôle en mon absence.
Procyon : Bien, bien…J’imagine que tu dois avoir sommeil, pourquoi ne viens-tu pas dormir un peu, ta chambre est toujours là, je ne l’ai jamais toucher suite à ton départ.
Procyon et Actarus marchèrent vers son ancienne chambre.
Actarus : Père, pourquoi ne m’avez-vous jamais recontacter? Pourquoi n’avez-vous pas essayer de me rejoindre en envoyant une navette sur Euphor?
Procyon : Fils, tu avais une toute nouvelle vie, tu ne nous devais rien, car tu as risquer ta vie tellement souvent, lorsque les forces de Véga nous attaquèrent…Je ne voulais pas te déranger, et ainsi t’amener un autre chagrin, tu as sûrement une famille sur Euphor, qui a besoin de toi.
Actarus : Mise-à-part ma soeur, je n’ai pas de famille sur Euphor, seulement sur la Terre.
Procyon sembla geler sur place suite à cette déclaration: Je te remercies, dans le fond de mon cœur, j’étais sûr que tu ne nous oublierais jamais. Nous ta planète adoptive.
Procyon souhaita bonne nuit à Actarus en le serrant dans ses bras.
Procyon : Je te revois demain matin, je suis vraiment heureux de ton retour sur Terre.
Actarus : Moi aussi je suis heureux de vous revoir.
Actarus allait pour refermer sa porte, mais il sentit une main l’autre coté de la porte la retenir.
Vénusia ouvra la porte et la referma aussitôt.
Actarus : Vénusia…
Vénusia : Actarus, pourquoi es-tu revenut? Où étais-tu quand j’avais besoin de toi? Pourquoi m’as-tu laisser?
Actarus : Vénusia, tu le sais que c’était un choix difficile…
Vénusia et Actarus s’assirent sur le bord du lit.
Vénusia : Tu le savais, tu l’as toujours sut, mes sentiments envers toi, malgré ton départ, je n’ai jamais cesser de penser à toi.
Actarus posa sa main sur les joues de Vénusia, il sentit les larmes chaudes coulées sur ses joues.
Vénusia prit la main d’Actarus et la tenait dans les siennes.
Vénusia : Les temps ont changés, je suis maintenant marié Actarus…
Actarus ne savait quoi dire.
Vénusia : Je croyais jamais ne retrouver l’amour, je suis marié à Eridan, nous avons un garcon et une fille, des jumeaux…J’étais finalement résolut de ne jamais te revoir, et maintenant tu apparais au grand jour, sans donner signe de vie après 10 ans… J’avais mit finalement une croix sur cela, je devais comprendre que… je devais vivre ma vie malgré tout…
Actarus : Pardonne moi d’avoir partit sur Euphor, mais je sais que tu peux comprendre le fait qu’elle est ma planète natale, Phénicia ne pouvait pas retourner là bas toute seule. Je suis sincèrement désolé pour le mal que j’ai pus faire, je suis content pour toi que tu es en amour, que tu as des enfants, je comprend parfaitement. Mais je n’ai pas oser te demander, si tu voulais m’accompagner sur Euphor, je suis sûr que tu n’aurais pas voulut me suivre vers d’autres casses-têtes, loin de ta famille, vers d’autres dangers qui auraient pus nous attendre sur Euphor.
Vénusia regarda Actarus dans les yeux.
Vénusia : Tu ne savais pas ma réponse, j’étais tellement éprise de toi, que j’aurai passer au travers terre et feu pour toi, pour seulement être avec toi quelques secondes.
Actarus frotta la joue de Vénusia avec le revers de sa main.
Actarus se pencha pour embrasser Vénusia, il sentit son souffle contre ses lèvres, mais Vénusia recula.
Vénusia : Je ne peux pas Actarus, je ferai du mal à quelqu’un qui n’en mérite pas…
Vénusia se leva et sorta de la chambre, laissant seul Actarus assit sur son lit.
Actarus s’allongea de tout son long, les bras croisés derrière la tête. Il réfléchissait.
Vénusia, pourquoi ne m’as-tu pas avouer tes sentiments 10 ans passés, pourquoi ne m’as-tu pas accompagner si tel était ton désir…
Quelles nouvelles aventures attendent notre cher Actarus? Sans oublier la flamme qui brûlerait toujours entre lui et Vénusia!
À suivre




épisode 4 Les pigeons voyageurs


Il faisait très beau dehors, c’était un matin vraiment ensoleillé. Actarus ouvrit les yeux, et se réveilla dût à une odeur agréable qui provenait sûrement de la cuisine.
Actarus avait eu un sommeil assez mouvementé, plusieurs fois dans la nuit, il rêvait de Vénusia, du pourquoi elle ne l’avait pas accompagné sur Euphor, et pourquoi elle n’a jamais sût lui avouer son amour, puisque lui même, ressentait quelque chose de brûlant envers cette jeune mademoiselle.
Actarus se leva, s’habilla et marcha d’un pas long vers la cuisine. En entrant il apercut son père, ainsi que Eridan, Mizar et Vénusia, tous assient autour de la table, un plat était préparé, mais pas touché, c’était celui d’Actarus, qui s’assit à son tour devant son assiette.
Procyon : Alors bien dormit mon fils?
Actarus en regardant Vénusia : Une nuit un peu mouvementée, mais j’ai quand même pus me reposer de mon long voyage spatial.
Procyon : Bien, je sais que tout semble allez vite, je comprends le fait que tu te ressens un peu perdu, car après 10 ans d’absence, beaucoup de choses ont changés, la terre tourne, et le monde évolue, ainsi va la roue de la vie.
Actarus : Évidemment, beaucoup de chose ont changés, merci pour le déjeuner, mais je n’ai pas très faim, je dois aller vérifier Goldorak pour être sûr que rien ne soit abîmer durant mon retour sur le vaisseau-porteur.
Actarus sorta de la cuisine et se dirigea vers la cours avant, où se reposait Goldorak.
Actarus tout en vérifiant la coque de la soucoupe-porteuse de Goldorak, réfléchissait.
Il sentit une main se poser sur son épaule, il se retourna et tomba nez-à-nez avec Vénusia.
Vénusia : Ne soit pas fâché contre moi, je t’en supplies, j’ai l’impression que tu m’en veux parce que je ne t’ai jamais avouer mes sentiments envers toi.
Actarus sourit et cela rassura Vénusia.
Actarus : Bien sûr que je ne t’en veux pas, je suis inquiet du fait qu’Alcor est dans cette Armée Obscure, il s’est laisser mener par le bout du nez par ce fameux Zax. Il lui a fait subir plusieurs lavages de cerveau.
Vénusia ayant la mine basse : Je comprends le fait que tu voudrais qu’Alcor soit ici, qu’il soit ce qu’il était auparavant, mais les temps changent, et pas toujours pour les bons motifs, quelques fois la vie est dure Actarus. Alcor a choisit un chemin, certes pas le meilleur, et pas le bon chemin, mais il croyait bien agir dans son intérêt, peut-être avait-il besoin de soulager ses souffrances en faisant le mal…
Actarus : Je n’y reviens tout simplement pas, un homme comme lui se combattait à nos cotés dix ans passés, et maintenant il se retrouve chez l’ennemi.
Vénusia : Tu as peur de lui faire mal, car tu devras les confronter s’ils décident de nous attaquer, ici au Centre de recherches spatiales.
Actarus : Zax sait que j’aurai des faiblesses en voyant mon ancien meilleur ami Alcor au volant d’un de leurs robots meurtriers. Il sait que je n’aurai peut-être pas le courage de tirer sur Alcor.
Vénusia frotta le dos de Actarus en signe d’encouragement et s’éloigna.
Actarus se retourna et lui parla.
Actarus : Cela fait combien de temps tu es marié?
Vénusia : Cela fait 8 ans, nos jumeaux sont âgés de 7 ans.
Actarus entendit soudainement une alarme retentir, il se dirigea illico-presto à la salle de commandes.
Procyon : Actarus, nos alarmes indiquent une source ennemie, mais nos radars n’indiquent aucun ovni, ou aucune soucoupe.
Actarus : Comment est-ce possible?
Procyon : Peut-être un bris informatique, même aucun homme n’est signaler sur notre terrain.
Actarus et ses amis ne s’apercurent de rien, à propos d’un ombre près de la grande vitre au plafond, un pigeon s’y tenait et s’envola aussitôt.
Le pigeon vola une bonne distance et se posa sur le poignet d’un homme.
L’homme avait un regard très froid, fixant le pigeon, il pesa sur la patte de ce volatile.
Une petite porte s’ouvrit sur le ventre de l’oiseau, et une mini caméra y sortit.
Ce qui était en fait un pigeon, était un robot sophistiqué.
Zax : Et bien voyons ce petit vidéo, à ce que je vois mon espion avait raison, Actarus est de retour sur Terre, avec son stupide Goldorak.
La voix d’un homme se fît entendre en arrière de Zax.
Espion : Je vous l’avais bien dit maître, qu’il reviendrait un de ces jours, si nous le laissons faire, il sera toujours un obstacle à nos plans, et il nous empêchera de prendre le contrôle sur la Terre entière.
Zax se retourna.
Zax : Ne t’en fait pas mon ami, nous ne sommes pas l’armée de Véga, nous sommes 100 fois plus fort, nous sommes milles fois plus sophistiqué. Ce n’est pas un robot de pacotille, qui n’a pas combattut durant dix longues années, qui viendra à bout de nos forces.
Espion : Je vois maître que vous ne manquer pas de confiance, je retourne au centre avant qu’ils s’apercoivent de ma disparition trop longue.
L’espion s’inclina en signe de respect envers son maître et monta sur une moto, avant de partir dans un nuage de poussière du haut de cette falaise.
Zax marcha, et entra dans une petite soucoupe verte pour prendre le chemin de leur camp Obscur.
Au Centre, Actarus apercut que Bayer, l’assistant de son père, n’était pas là.
Actarus : Père, où donc se retrouve Bayer votre assistant?
Procyon : Tient, c’est quand même bizard, car il est toujours là de coutume, quand notre alarme retentit…
Actarus : Peut-être a-t’il eu un empêchement.
Procyon : Ne soyons pas inquiet pour Bayer, il ne devrait tarder.
Aussitôt les paroles du professeur terminer, Bayer faisait son entrée.
Bayer : Désolé d’être en retard, ma moto ne voulait pas démarrer…
Actarus : L’alarme s’est déclancher, et vous n’êtes même pas digne de confiance, vous n’étiez pas ici en cas de véritable urgence!
Bayer arriva nez-à-nez avec Actarus!
Bayer : Que voulez-vous insinuez monsieur Actarus? Que je ne prends pas mon rôle au sérieux? Où étiez-vous durant les 5 dernières années quand l’Armée Obscure nous attaquait? Vous étiez sur votre pauvre planète détruite et dépourvue d’âmes. Alors ne venez pas me dire ce que je dois faire, ni quand je doit être ici, est-ce bien clair?
Actarus serra le poing et sentit la pression monter dans ses veines.
Procyon lui prit le bras et le supplia de laisser tomber ces remarques.
Actarus : Père, par respect pour vous, je vais sortir d’ici, car je pourrai dire des choses qui pourrait blesser..
Actarus sortit de la salle, tout en jetant un dernier regard par-dessus son épaule sur ce Bayer…
Actarus entra dans sa chambre, prit sa guitare, ha comme cela faisait longtemps qu’il en avait pas jouer.
Il s’assit sur le bord de son lit, et commenca à gratter les cordes, il joua une mélodie tellement douce. La musique adoucit la haine, elle fait disparaître le chaos et sait nous changer les idées.
Mizar ouvrit la porte sans cogner.
Mizar : Vite Actarus, vient voir, nos radars détectent cinq points verts! Je crois que ce sont des ovnis.
Actarus sortit avec Mizar et ils se dirigèrent vers la salle de commandes.
Un image apparut sur le vidéo-conférence du professeur Procyon.
Zax : Procyon, je vous parle de ma base, nous savons que Actarus est présent chez-vous, nous savons qu’il est revenut sur Terre, il ne nous empêchera pas de prendre le contrôle absolut. Dites lui de partir sur le champ, pour sa planète, sinon vous en subirez les conséquences! Nos pigeons vous délivrerons un cadeau bien spécial!
L’image coupa aussitôt, avant même que Actarus ne puisse glisser un mot, il avait donc vu qui était ce Zax, un être remplit de haine et sauvage au plus haut point. Voilà donc qui était ce fameux personnage, qui menait cette armée démoniaque.
Soudainement apparurent sur le vidéo-conférence, les cinq points ennemis, il s’agissait de cinq robots géants sous allure de pigeons.
Procyon regarda Actarus : Actarus…
Actarus : Père, si je suis revenut, c’est pour vous aider, c’était pour avoir de vos nouvelles, pour vous dire que je ne vous abandonnerai jamais.
Actarus sortit du Centre, il disa sa phrase si populaire; Métamorphose, il embarqua dans Goldorak et s’envola à la rencontre de ces cinq ovnis.
Une lueur brillait dans les yeux de Actarus, n’avait-il rien perdu de son goût de combattre le mal? Il se dit que nous le saurions bien assez tôt.
Le premier des ovnis attaqua Goldorak à la vue de celui-ci! Il lanca un missile que Goldorak esquissa à la dernière seconde.
Actarus : Missiles Gamma!
Les missiles s’envolèrent et détruisirent le premier ovni!
Le 2e ovni apparut en arrière de Goldorak, il le talonnait depuis quelques secondes.
Actarus fit tournoyer Goldorak sur lui même pour être la tête en bas.
Actarus : Mégavolt!
Un rayon paralysant sortit de la soucoupe et frappa le 2e ovni de plein fouet, celui-ci tomba dans les abysses des montagnes pour s’écraser et brûler.
Actarus vît que 3 autres ovnis le suivaient, il voulait un peu disparaître et ordonna l’Antiscratch, un épais brouillard sortit de la soucoupe, et trompa les radars des ovnis ennemis.
Actarus alla se promener entre les montagnes, un des ovnis le répera et le suiva.
Actarus était tellement habile entre toutes ces pointes montagneuses, qu’il trompa la vigilance de l’ovni, qui s’écrasa contre un des pic de la montagne.
Quand Actarus sortit des montagnes il tomba face-à-face avec le 4e ovni.
Actarus : Planitron!
Les deux disques se détachèrent et déchiquetèrent le 4e ovni, qui s’envola en flamme.
Le 5e ovni, se changea en robot, et se posa sur terre, il voulait confronter Goldorak dans un duel!
Actarus : Transfert!
Actarus activa le levier, et passa de la soucoupe jusqu’à la tête de Goldorak.
Actarus : Autolargue!
Goldorak sortit de sa soucoupe, et atterit sur terre pour confronter le monstre!
Le robot-pigeon sortit d’un de ses bras, une immense chaîne! Et fouetta Goldorak vraiment dur, ce dernier tomba à la renverse sur le dos!
L’ennemi prit sa chaîne et l’enroula autour du cou de Goldorak.
Le coup initial était tellement féroce, que Actarus tomba un peu dans les pommes.
Actarus revient finalement à lui et pesa sur un bouton.
Actarus : Ful…Fulguro-Poings…
Un des poings de Goldorak se détacha, et fondit la chaîne du bras de l’ennemi.
Goldorak se sentit libérer.
Goldorak se retourna et fit face a son ennemi.
Actarus : Pulvonium!
Le rayon sortit de la poitrine de Goldorak et frappa son ennemi de plein fouet, faisant un trou dans la poitrine de celui-ci.
Actarus : Corno-Fulgure!
Le rayon sortit des cornes de Goldorak et se dirigea directement sur ce trou, ce qui fît exploser son ennemi en milles morceaux!
Actarus respira un peu mieux : Une victoire mon Goldorak, nous avons encore réussit mon fidèle robot.
Goldorak s’envola et entra dans sa soucoupe-porteuse.
Actarus pris son walkie-talkie.
Actarus : Bonjour le Centre, ici Actarus, devoir terminer, je rentre au Centre.
Procyon : Actarus, ne entre pas directement ici, va vers le Ranch, tu pourras y cacher Goldorak dans une des cavernes, sinon ils sauront la prochaine fois que Goldorak sera ici, et ils le démoliront durant notre sommeil.
Actarus : Comprit père, à bientôt.
Actarus prit le chemin vers les montagnes et y cacha Goldorak à l’abrit des yeux et des curieux.
Actarus se rendit au Ranch, et entra dans la ferme.
Il se rendit vers le fond de la bâtisse, et souleva un drap, qui cachait son ancienne moto à 3 roues.
Il l’enfourcha, et tourna le contact, elle ronronnait comme un charme! Mais comment?
Riguel : Elle est toujours en forme fiston.
Riguel était appuyer sur le mur et regarda Actarus sur la moto, avec un regard amuser par ce spectacle.
Riguel : Moi et Mizar l’avons tenut en ordre, durant ton absence, en pensant que tu pourrais t’en servir un de ces jours, et nous voilà rendut à ce moment.
Actarus remercia Riguel et se dirigea vers le Centre.
Actarus roula sur la grande route, vers le Centre, il commencait à être tard.
Le soleil se couchait, et le vent fouetta la chevelure d’Actarus.
Véga n’a jamais pus mettre la main sur ma planète adoptive, et vous non plus! Zax je te ferai payer pour tout le calvaire que tu as fait subir à ce peuple, pour ce que Alcor est devenut! Je te le jure, tu n’auras pas le dessus si facilement.
Actarus pesa sur la pédale à gaz, et se dirigea vers le Centre.
Est-ce qu’Actarus découvrira les manigances de Bayer? Est-ce qu’Alcor reviendra à ses cotés lorsqu’il reverra son ami?
À suivre



épisode 5 Un espion parmi nous


Il était très tôt en ce matin, Mizar était allongé dans son lit et fixa le plafond.
Il ne pouvait y croire qu’Actarus était revenut sur terre, il le prenait comme un grand frère, tout comme Alcor. Il n’aurait jamais crut Alcor être capable de vouloir détruire des vies, lui qui les sauvait auparavant.
Une alerte retentit aussitôt! Mizar se leva, et se dirigea illico-presto à la salle d’observation.
Il remarqua un vaisseau spatial qui s’approchait du Centre de recherches. Il alla directement à la chambre du Pr Procyon pour lui faire l’annonce.
Quand il entra dans la chambre de Brayer, elle était vide…
Mizar ne se pré-occupa pas de cette absence, et avec le Pr Procyon, il se dirigea vers les commandes de défenses.
Procyon prit le radio : Bonjour ici le professeur Procyon, identifiez-vous!
Il attendit une réponse, mais en vain…
Actarus arriva à son tour dans la salle.
Actarus : Père, que se passe-t’il?
Procyon : Nous avons la visite d’un ovni, je ne sais pas qui ils sont.
Mizar : J’aurai besoin de Brayer pour activer notre périmètre de sécurité, mais hélàs, il n’était pas dans sa chambre.
Actarus : Hum.
Actarus pensa au fait, qu’il avait des doutes sur cette personne, et espérait le découvrir bientôt.
L’ovni débuta des tirs sur le Centre qui frappa le toit de plein fouet. Mizar s’occupait du système de sécurité comme il le pouvait avec l’aide du Pr Procyon.
Actarus : Père, défend toi pour le moment, et je me dirige vers Goldorak de ce pas.
Procyon : Non Actarus, n’y va pas, ne risque pas ta vie une autre fois!
Procyon n’eut pas le temps de stopper Actarus, que celui-ci était déjà sortit par le derrière du Centre, chevauchant son tricycle à moteur.
Actarus se dirigea vers la grotte, où il avait laisser Goldorak à l’abri des curieux.
Actarus se métamorphosa : Goldorak Go!
Goldorak sortit des cavernes et vola, tel un oiseau majestueux en plein ciel.
L’ovni à la vue de Goldorak, rebroussa chemin.
Goldorak le suivit pendant un court instant, mais hélàs l’ovni avait déjà disparut.
Actarus se posa avec Goldorak dans la cours du Centre et entra dans la salle d’observation.
Brayer s’y trouva depuis quelques minutes.
Actarus perdit son sang froid, il donna un coup de poing au visage de Brayer, et celui-ci tomba sur son dos.
Procyon : Actarus, mais que fais-tu? Arrête immédiatement!
Actarus : Père, cet individu n’est pas digne de votre confiance, il ne devrait même pas travailler ici, il y a quelque chose de louche, je le sens, et je le découvrirai.
Brayer se leva, se frotta la joue : Actarus, tu n’es qu’un sale empôté, tu arrives ici et tu essaies de nous retourner les uns contre les autres, professeur, ne l’écouter pas, je suis sûr que dans le fin, il est devenut un espion, et qui sait, peut-être a-t’il rejoint son ami Alcor?
Actarus voulait se défendre, mais Procyon lui prit le bras, et lui demanda de sortir de la salle.
Procyon regarda Brayer d’un drôle d’air, et rejoingna Actarus dans le couloir.
Procyon : Actarus, depuis que tu es revenu, je ne te reconnais plus, ce ne sont pas tes habitudes de frapper une personne comme cela, je me demande si Brayer n’a pas tord, cela fait 10 ans que nous n’avons pas eu de tes nouvelles, rien ne me dit que tu es toujours en contact avec Alcor, et qu’il t’envoit ici nous espionner, je ne veux pas porter de fausses accusations, mais il y a quelque chose de travers dans le Centre, et je veux le découvrir.
Actarus regarda son père droit dans les yeux : Père, je veux avoir votre pleine confiance, donner moi le temps, et je vous livrerai la vérité.
La journée s’écoula, pendant qu’Actarus voulait rester seul, au pied d’un arbre pour jouer de la guitare, quelque chose qui le faisait relaxer un peu, seulement le fait de penser à ce crétin de Brayer, raconter de telles sornettes, le mettait hors de lui.
Actarus prit la guitare, et de toute ses forces la cassa en milles morceaux, la fracassant contre l’arbre, il se promit que cette nuit, il suivra Brayer s’il sortait du centre.
Actarus entra au Centre, et comme il le pensa, Brayer était toujours dans la salle d’observation, Actarus se doutait qu’il attendait son retour, pour pouvoir sortir en cachette.
Actarus passa devant Brayer sans dire un mot.
Brayer : C’est bien cela, calme toi, sinon je pourrai faire en sorte de t’expulser de ce Centre en un claquement de doigt, ne joue pas avec le feu Actarus, je peux semer la zizanie où je veux.
Actarus ne prit pas garde de ces paroles, et marcha vers sa chambre.
Venut la nuit, sur le qui-vive, Actarus entendit un bruit de pas, venant de la chambre de Brayer.
Actarus ouvrit sa porte avec la plus grande prudence, pour ne pas se faire remarquer.
Au bout du couloir, il vit Brayer sortir du Centre par la porte avant, il le suivit.
Brayer marcha vers le boisé, près du Centre, avec un radio-émetteur dans la main.
Brayer s’arrêta devant un arbre, regarda autour de lui, et porta le radio-émetteur auprès de sa bouche.
Brayer : Lieutenant-Général, ici l’Espion Noir. Me recevez-vous?
Une voix sortit de l’émetteur affirmant qu’il le recevait.
Brayer : Mon plan fonctionne comme prévut, je peux vous dire que le professeur Procyon semble se douter du statut de son fils adoptif, je sème la zizanie dans ce Centre, et bientôt, espérons qu’Actarus ne mettra plus de bâtons dans les roues.
À la vue de ce spectacle dégoûtant, de mensonges, de fourberies, Actarus ne pouvait faire autre chose que de se lancer sur Brayer.
Mais avant qu’il ne peut faire un pas, il sentit une main se poser sur son épaule.
C’était le Pr Procyon.
Il fit signe de la tête à Actarus de faire son devoir.
Actarus sauta sur Brayer, avec une bonne droite.
Actarus prit le radio-émetteur et l’écrasa contre un rocher.
Actarus : Alors Brayer, tu crois mon père assez sot pour croire à une telle histoire!
Brayer allonger à terre : Actarus, ton temps est venut, ce n’est pas l’Armée Obscure qui mettra fin à ta venue sur Terre, mais ton propre père!
Procyon sortit de l’ombre, sous le regard étonner de Brayer.
Brayer en pointant Actarus: Professeur, voyez qui j’ai trouver en train de comploter en pleine nuit, dans votre dos! Je vous l’avais bien dit!
Procyon : Arrête ta mascarade Brayer, depuis que je t’ai engager, j’ai eu un certain doute sur toi, et je t’ai étroitement surveiller depuis qu’Actarus est revenut d’Euphor, ce soir j’ai eu la confirmation de ton escroquerie. Je ne veux plus jamais te revoir salaud!
Brayer ria de bon cœur, comme s’il était devenut fou.
Tout-à-coup, le même ovni qui était apparut dans la matinée, tournoya autour du Centre.
Un rayon en sortit, et inspira Brayer à l’intérieur par téléportation.
Actarus ordonna à son père de se mettre à l’abri, avant de courir vers Goldorak et de s’envoler avec celui-ci.
Actarus suivit l’ovni qui s’échappait.
Cette fois-ci, il ne voulait pas qu’elle puisse s’échapper. Brayer était derrière tout ceci, et il en subira les conséquences!
Soudainement, une image apparut sur le moniteur d’Actarus, il s’agissait de Brayer.
Brayer : Actarus, maintenant que nous sommes enfin face-à-face, tu moureras de mes mains, je te le promet!
Actarus : Cesse de parler, et combattons à la loyal!
Brayer : Tu n’imagines pas la sensation que j’ai, je vais enfin pouvoir te tuer, ainsi que ton robot, et alors plus personne ne pourra intervenir contre l’Armée Obscure, plus personne pour défendre ton père, pour défendre tes amis! Nous pourrons alors prendre possession de la planète Terre.
L’image disparue alors, et l’ovni se changea en immense robot rouge sous une allure de chauve-souris gigantesque.
Le robot se posa alors sur terre.
Actarus avait le sang qui bouillait dans les veines, suite aux dires de Brayer.
Actarus : NON! Jamais vous n’aurez la chance de mettre votre Armée en contrôle sur ma terre adoptive!
Actarus : Transfert! Autolargue!
Goldorak se posa devant son ennemi, sur la terre ferme.
Le robot chauve-souris poussa un immense crie, une vague d’ondes vibrantes frappèrent Goldorak de plein fouet, et celui-ci tomba sur le derrière.
Le robot chauve-souris posa un pied sur la gorge de Goldorak, et pesa de toutes ses forces.
Brayer : Tu vas maintenant mourir Actarus, adieu!
Actarus se sentit prit au piège, sous le poids de son ennemi.
Actarus : Rétro…Rétrolaser!
Le laser sorta du thorax de Goldorak et frappe son ennemi de plein fouet, le robot de Brayer tomba à la renverse.
Goldorak péniblement, se remetta debout.
Actarus : Astérohache!
Goldorak prit sa hache dans ses mains, et ne prit aucune pitié pour couper son ennemi en deux!
Brayer ricana comme un fou, tandis que le feu prenait à son robot.
Brayer : Actarus, tu me le payeras cher!
Le robot de Brayer flamba et explosa en morceaux, tandis que la réflexion du feu jaillissait sur le métal de Goldorak.
Actarus poussa un soupir de soulagement.
Goldorak sauta dans l’air du temps.
Actarus : Ovostable. Arrimage!
Goldorak entra dans sa soucoupe, et Actarus entra au centre après l’avoir cacher dans les cavernes.
Quand il entra dans la salle de commandes, il vit qu’Eridan et Vénusia étaient arrivés.
Procyon regarda Actarus, avec un sourire satisfait, que son fils était revenut sain et sauf, une fois de plus.
Vénusia enlaca Actarus et remercia Dieu qu’il ne lui était rien arrivé, Eridan regarda le tout sous un regard curieux.
Vénusia relâcha Actarus, sous son regard un peu gêné face à son époux.
Vénusia : Actarus, je suis heureuse qu’il ne te soit rien arriver.
Actarus regarda Vénusia dans les yeux : Ne t’en fait pas, j’y suis habituer à tous ses dangers.
Actarus s’en alla dans sa chambre.
Eridan se demanda ce qui pouvait bien se passer entre Actarus et Vénusia, quelle était leur relation dix ans auparavant?
Revenir en haut Aller en bas
Rubyna
MODÉRATEUR
MODÉRATEUR
avatar

Gémeaux Cheval
Age : 51
Lieu : Québec (Canada)

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   28.03.10 18:55

pour la suite, le lien est le suivant
http://www.angelfire.com/planet/goldorak/emission6.html

s'il y a des curieux qui ne veulent pas chercher trop loin, j'irai faire du copier/ coller pour la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   28.03.10 20:38

... et corriger les fautes de français -))
Revenir en haut Aller en bas
Fée Clochette
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar


MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   30.03.10 0:34

Ca me dit quelque chose, "Harlequin" parce que c'est romantique ? ou pas? (j'aimerais savoir avant de lire)
Revenir en haut Aller en bas
http://artemisiadupeintre.deviantart.com/
Rubyna
MODÉRATEUR
MODÉRATEUR
avatar

Gémeaux Cheval
Age : 51
Lieu : Québec (Canada)

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   30.03.10 2:29

Les romans Harlequin étaient romantiques et prévisibles... Tout se met en place dans les premières pages, parfois les détours n'ont pas d'allure pour y arriver, mais ça fini toujours bien. Ceci étant dit, cette histoire-ci comporte plusieurs détails complètement invraisemblables mais ça permet d'arriver à la fin voulue...


Il y a également une tonne de fautes de français (autant en grammaire, syntaxe et orthographe) mais elle a toutefois le mérite d'être complète, c'est à dire qu'au moins on connaît la fin. D'après l'écriture, c'est probablement une jeune fan qui l'a écrit et je trouve qu'elle a beaucoup d'audace de l'avoir ainsi présenté (comme bien d'autres, j'en ai souvent imaginé il y a 20 ans des suites à Goldorak... j'aurais jamais eu la persévérance de les terminer et les écrire...)
Revenir en haut Aller en bas
Getter Mario
Fondateur du forum
Fondateur du forum
avatar

Cancer Buffle
Age : 44
Lieu : Montréal - Québec - Canada

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 5:27

Merci pour ce topic et je me dit pourquoi pas, il y'a beaucoup d'éléments romantiques potentiel dans la version anime de Goldorak pour écrire des trucs de ce genre. Le beau Prince d'un autre monde qui ce retrouve orphelin et qui doit défendre la terre... Ce sont de bonnes bases pour faire tourner la tête de jeunes filles en quête d'un héros/prince charmant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gettermario.dynamicforum.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 12:16

Oui les "filles" - quel que soit leur âge - sont souvent plus attirées par ces aspects là que par les combats, qui à la longue, finissent par toujours se ressembler ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 13:27

Mario aussi est en quête du Prince Charmant..... sinon pour Harlequin, je connais que le sketch de Danny Boon "Harlequin champion de l'amour"...
Revenir en haut Aller en bas
Rubyna
MODÉRATEUR
MODÉRATEUR
avatar

Gémeaux Cheval
Age : 51
Lieu : Québec (Canada)

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 13:42

Possible que cette série de petits romans n'ait pas traversé l'océan... Ici ils furent très populaires chez les dames dans les années 70 surtout... Je connais certaines personnes qui en ont plus de 200 différents!!! (et elles les ont encore...) Et si un jour un gars en a lu un, il l'a sûrement fait en cachette....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 13:57

Ben d'après le sketch de Danny Boon, je pensais que les romans Harlequin étaient des romans érotiques.

http://www.wat.tv/video/dany-boon-lecture-1ajen_18g2e_.html
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 14:04

Ca a du succès aussi en Belgique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 14:09

les romans ou Danny Boon?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 14:10

les deux :-)
Revenir en haut Aller en bas
Sayaka
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Taureau Rat
Age : 45
Lieu : Espagne, Sol y Playa !!

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 21:08

En France aussi c'est super connu les romans Harlequins, mon petit Ryoma t'es trop jeune pour les avoir connus ? ... même moi j'en ai lu 2 ou 3, mais ça m'énervait trop, je préférais les combats. Et oui, je suis pas une fille normale...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 21:19

Jamais était fan de bouquins moi... BD oui mais livre sans image non...
Revenir en haut Aller en bas
Rubyna
MODÉRATEUR
MODÉRATEUR
avatar

Gémeaux Cheval
Age : 51
Lieu : Québec (Canada)

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   05.04.10 22:20

moi je les connais bien car je travaillais dans un dépanneur où l'on en vendait... Jamais acheté... j'étais déjà vendue à Goldorak!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 14:05

Sayaka a écrit:
En France aussi c'est super connu les romans Harlequins, mon petit Ryoma t'es trop jeune pour les avoir connus ? ... même moi j'en ai lu 2 ou 3, mais ça m'énervait trop, je préférais les combats. Et oui, je suis pas une fille normale...

J'ai bien dit 'souvent', j'ai pas écrit 'toujours' :-)
Revenir en haut Aller en bas
Rubyna
MODÉRATEUR
MODÉRATEUR
avatar

Gémeaux Cheval
Age : 51
Lieu : Québec (Canada)

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 14:12

la "normale" c'est un peu comme une "moyenne".... Ça en prend de chaque côté pour que ça s'équilibre et c'est bien ainsi! Y'a de la place pour tous les goûts!
Revenir en haut Aller en bas
Sayaka
Commandant Hydargos
Commandant Hydargos
avatar

Taureau Rat
Age : 45
Lieu : Espagne, Sol y Playa !!

MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 16:44

Non mais c'est vrai !! J'étais un vrai garçon manqué ! Avec des sentiments très féminins pour Alcor, mais dans la cour de récré j'éclatais gaiement du kikaiju !! Et je gagnais toujours...sinon je laissais pas copier mes exercices de grammaire
:MZ smile:

Ryo planque tes socs et tes révoltechs en septembre je viens te voir !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 16:59

Même pas peur... tu as toujours étais douce et gentille avec moi
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 17:22

Et, les amoureux, vous poursuivez votre duo en mp...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 17:35

Jalouse na!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 17:41

Pas du tout, mais on est des gens sérieux, ici
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 17:50

Pourtant le nom du forum n'est pas "La physique quantique appliquée aux vortex de Darwin"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   06.04.10 18:56

non ???? Il faut que je relise !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: une suite Goldorak style "roman Harlequin..."   

Revenir en haut Aller en bas
 
une suite Goldorak style "roman Harlequin..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» "Roman coins" de Kent et Hirmer
» "Roman-feuilleton" du 21ème siècle !
» [Neville, Katherine] Le Feu Sacré (suite de "Le Huit")
» Mettre un "Design Blog" dans over-blog (modifier la feuille de style .css)
» Thème "Jeu d'échecs et Roman Populaire"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Go Nagai, Go! :: Les SUPER ROBOTS : La Fraternité :: UFO Robo Grendizer : Le Cas Goldorak en Francophonie et Arabophonie-
Sauter vers: